"La samba est une véritable célébration de la vie, de la joie et de la fête"

 

Voici une phrase qui résume tout à fait l'état d'esprit dans lequel nous évoluons avec Aquarela.

Nos activités sont cimentées par quelques principes de base dont font partie la cohésion, l'amitié et la simplicité.

 La pratique saine et disciplinée de la danse et des percussions brésiliennes nous procure de grandes satisfactions personnelles  au sein d'un groupe où règne l'optimisme la bonne humeur et la tolérance.

La samba nous aide à nous sentir mieux de façon immédiate et significative. dans nos esprits et dans nos corps car nous travaillons aussi la posture, l’élégance et la sensualité.

Cette forme de Samba est issue du « BATUQUE » africain...

Les esclaves noirs , originaires de l’Afrique de l’ouest pratiquaient surtout la percussion sur des mélopées chantées , associées à des danses endiablées , ils cachaient ainsi aux maîtres les cérémonies religieuses du « CANDOMBLE » ( rite de la religion YURUBA ) .

Pratiquée uniquement avec des percussions , la Batucada est la musique des « Ecoles de Samba « de Rio, qui entrent chaque année en compétition pour le défilé de Carnaval ; chaque école choisit un thème et écrit une chanson originale qu’elle présente au défilé sur le Sambodrôme , ( un jury désignant l’école gagnante ).

Mais la Batucada est présente partout au Brésil , et prend d’autres formes , à Salvador da Bahia , ou à Recife , où les défilés de carnaval sont différents de celui de Rio , et tout aussisomptueux.

Tous les instruments de percussions y sont présents : la caixa ( caisse claire) , le surdo, le repinique , le tamborim, le chocalho, l’agogo ( double cloche ) la cuica…

SURDOS
Ils composent le cœur de la bateria
CAIXA
Les caixas (caisse claire) ont un timbre très particulier
TAMBOURIM
Les tamborims: la tachycardie
CHOCALHO
Le chocalho (shaker): les liens de l’amitié
APITO
L’apito: sifflet à un ou trois sons, utilisé pour attirer l’attention et diriger les musiciens
AGOGOS
Les agogos cloches à deux trois quatre voir cinq tons c’est l’intermédiaire de la rythmique et de la mélodie
REPINIQUE
Le répinique appelé aussi répique (son clair et aigu) est utilisé pour les phrases d’appel de démarrage, de break, et de fin de morceau
CUICA
La cuica, le son produit par cet instrument ressemble aux cris de singes,
(d’ou l’origine de son nom)
En voir plus

UN PEU D'HISTOIRE

8 mars 1500: Pedro Alvarez Cabral découvre (par hasard) le Brésil.

Il quitte la Cour du Roi du Portugal à la tête de treize caravelles. Il est persuadé qu'il va, quelques années après Christophe Colomb, réussir à son tour à inscrire son nom sur les tablettes de l'histoire en découvrant les Indes...

Il débarqua au sud de Bahia et baptisa l'espace conquis "Terre de Santa Cruz".

Cabral ne sait pas encore que cette terre sera pour lui, du moins au début, celle du désenchantement et de l'amertume. Il ne trouvera ni or, ni pierres précieuses, ni même des colonies d’esclave vaillants et robustes, aptes à travailler la terre.

Cette Terre de Santa Cruz ne lui offrira, en fait qu'un bois dur et rouge comme la braise.

Le pau brasil  offrira à ces Indes d'Amérique du Sud le joli nom de "Brésil".

SAMBA, ORIGINES & DANSES

Elle est née dans les bidonvilles de Rio de Janeiro au début du xxe siècle..

La samba (le mot est masculin en portugais et certains puristes disent « le » samba) est une "danse chantée d'origine africaine, au rythme binaire, avec un accompagnement syncopé".

Sur le plan rythmique, elle est, à ses débuts, une musique dont la pulsations est uniquement conçue pour la danse et la priorité est donnée à la syncope, au break, et à des instants de silence.

Sur le plan mélodique et harmonique, la samba ne constitue pas un genre musical très riche à son apparition. Les paroles et les aires sont improvisés.

Seul l'engagement de la foule qui participe au samba importe: battements de pieds, claquements de mains...

Le samba est d'origine africaine, tout comme sa dénomination.

   ¤  1ère Hypothèse:

Samba viendrait du dialecte bantou, quimbundo semba, signifiant "ventre" ou "coup de nombril", l'une des figures chorégraphiques les plus prisées.

   ¤  2ème Hypothèse:

Selon Mozart de Araújo, samba aurait d'abord été le mot servant à désigner les prières des esclaves noirs au cours de séances de batuques* collectifs

*Cérémonie religieuse accompagnée par les claquements de mains et les battements de pieds des esclaves africains ayant fait souche au Brésil

   ¤  3ème Hypothèse: Samba aurait servi, à l'origines, à désigner les bals populaires semblables au pagode actuel.

 

Lentement, durant près de 20 ans, ce rythmes africain se mélange aux sensibilités artistiques des autres couches de la population plus européennes mais de même niveau social. Sur la rythmique de base, les musiciens traditionnels plaquent leurs mélodies et leurs grilles harmoniques.

Très rythmés, la première samba est née en 1917 par les interprête Donga et Mauro Almeida. Elle s’intitule « Pelo Telefone » Donga et Mauro Almeida.

C’est plus tard vers les années 1950 que née de la Samba, La Bossa Nova, un autre style musical brésiliens qui devient populaire, grâce à João Gilberto et Tom Jobim.

 


 

Il est admis, en général que le père de la Bossa Nova , que le créateur de ce style de musique est incontestablement le compositeur brésilien : Antonio Carlos De Almeida Jobim ,dit TOM JOBIM , le poète et diplomate Vinicius De Moraes lui ayant donné ses « lettres de noblesse » , en écrivant nombre de textes de chansons.
Dans un enregistrement filmé pour la télévision française, Tom Jobim, lui-même, nous raconte les circonstances de la naissance de la plus célèbre "bossa" au monde : la "Garota de Ipanema"

 

Nous sommes en 1962, par un bel après-midi d’été ,vers 17h, à la terrasse du Café VELOSO sur la plage d’IPANEMA à RIO, Tom Jobim , Vinicius De Moraes et Baden Powel , y prennent quelques bières , pour tuer le temps ……
Une très belle jeune fille, vêtue de l’uniforme de l’école normale,(jupe plissée bleue -marine , chemisier blanc) passe devant eux , ils la remarquent pour sa prestance ; un moment plus tard, la même jeune fille , qui avait mis son « bikini »repasse ,en direction de la plage , pour aller prendre son bain.
Ils sont alors subjugués par sa grande beauté, sa grâce , sa démarche sensuelle.
Vinicius décide aussitôt d’écrire un poème, en hommage à cette beauté ; il griffonne celui-ci sur un bout de papier.
Le soir venu , au moment de se séparer, Tom Jobim, demande à Vinicius de lui confier le poème , pour voir s’il pourrait en faire une chanson .Une fois rentré chez lui , il se met au piano , et il compose une mélodie sur le texte , pas un Samba , mais une chanson au rythme plutôt lent et langoureux…..le mythe de la fille d’Ipanema était né ; la chanson fut interprétée par eux-mêmes dans les bars de Rio , puis un peu partout dans le pays .
Plus tard lorsque le saxophoniste Stan GETZ s’empara de la « Bossa Nova » , cette mélodie fit le tour du monde , et resta de nombreuses années dans les cinq chansons les plus chantées au monde . 

Il s’agit d’une forme folklorique unique de musique traditionnelle du Nord-Est du Brésil, c’est aussi le nom de la danse qui l’accompagne.

Malgré sa grande particularité dans le rythme, on peut remarquer que le FORRÓ a des accents empruntés à la musique des Accadiens et des Cajuns .

Ceci peut amener à penser que le folklore français , à l’origine de ces deux derniers genres ,a pu traverser la frontière de Guyane , et influencer la pratique du folklore local brésilien .

Pour preuve : les instruments employés dans tous ces genres : l’accordéon , le violon (dans le FORRÓ, la Rabeca forme ancienne de violon jouée avec un archet à courbure non inversée ) la basse ( au Brésil remplacée par la « Zabumba «  tambour large et plat joué avec une mailloche et une baguette par le dessous)

Le triangle venant remplacer les « cuillères »et la guitare cédant sa place au Cavaco( ou Cavaquinho) ; s’y rajoute aussi le tambour de basque ( au Brésil :Pandeiro)

Cependant on décèle aussi dans le FORRÓ, les influences des genres musicaux provenant des pays limitrophes du Nord du Brésil : Colombie, Pérou, Venezuela, Bolivie…., qui utilisent aussi des instruments similaires .

Loin d’être une relique, comme beaucoup de styles au Brésil, le FORRÓ reste un folklore vivant, en perpétuelle évolution.

 

Le grand Gilberto Gil à d’ailleurs commencé sa carrière comme accordéoniste en jouant du forró.

A Rio De Janeiro, depuis sa création , le Samba s’est au fil du temps , décliné sous de multiples formes , selon le quartier où la musique se jouait ,et les instruments utilisés.

Par exemple : le « Maracatu », « Samba de enredo » , » Samba de roda », ou encore le « Partido Alto » venant des « favelas » de la partie haute des collines de Rio , le plus souvent improvisé (avec des compositeurs comme CANDEIA ) .

Vers les années 1970, des groupes étaient formés , le plus célèbre étant « Fundo Do Quintal » qui introduisit de nouveaux instruments comme le « Banjo » (petit banjo à quatre cordes , accordé comme un cavaco.) et le « Tan Tan »( sorte de petit surdo joué à la main )

Leur musique , très inspirée du Partido Alto, pris peu à peu le nom de

« PAGODE« ( bistrots dans lesquels ils se produisaient).

Des compositeurs célèbres comme Jorge Arragao ou Zeca Pagodinho , sont issus de ces groupes de Pagode et surtout de « Fundo Do Quintal » ( fond du jardin ). Les textes sont très populaires et traitent de thèmes du quotidien , un peu comme au début du Samba .

Le Choro est l’un des genres les plus anciens du Brésil,

Il exige des musiciens virtuoses , d’une grande technique instrumentale.

Bien qu’il signifie « pleur »,les accents de cette musique sont plutôt enjoués, sur des tempos alertes .

Un peu comme le BE-Bop dans le Jazz, les notes remplissent tout l’espace musical, les silences étant peu nombreux , en laissant une large part à l’improvisation à partir du thème .

A la base , les instruments utilisé sont : la guitare 7 cordes , le cavaco, et un instrument à vent ( flûte ,clarinette , saxophone )amis aussi la mandoline (Bandolim) accompagnés par le Pandeiro , le Surdo, et le Ganze ( ou Ganza).

Les compositeurs classique Brésiliens ont largement exploité cette veine , comme VILLA-LOBOS, mais aussi des musiciens très talentueuxen ont fait une musique populaire , sur laquelle le public se plaît à danser.

Le saxophoniste « PIXINGUINHA » a composé le plus célèbre Choro : "CARINHOSO"

Le FREVO est une forme de Samba ,de l’état du PERNAMBUCO.

Il s’agit de la fusion du rythme du Samba et de celui de la Marche. Mais c’est aussi une danse typique au carnaval de RECIFE , danse très acrobatique , les danseuses se servant d’une petite ombrelle comme accessoire.

Il est souvent interprété par des orchestres de » cuivres « (Bandas) qui défilent dans les rues pour le carnaval.

Le plus célèbre est la composition de Chico BUARQUE De HOLANDA ,nommée : "A BANDA"

  • Facebook - Black Circle

CONTACT

DANSES | sophie@aquarela.fr | 06 71 31 81 63
             
PERCUSSIONS BATUCADA | berimbau@aquarela.fr | 06 10 44 48 24

©2016-2019 So Samba